Le mur de clôture du foyer d’Antsirabe est terminé.

Ce fut un chantier rondement mené. A peine avions nous donné notre accord que les premiers coups de pèles de la société de Mr Amédé résonnaient dans le paisible quartier de Tomboaribo.

Fondations du mur de clôture.

Une des raisons possibles à cette soudaine dégradation du mur d’enceinte tient probablement à un déficit de drainage à la base de ce dernier. Trop longtemps immergés dans une eau qui avait du mal à s’évacuer, l’humidité serait remontée dans les murs emportant le mortier qui tenait les briques. Le nouveau mur sera donc équipé de « barbacanes » procédé réputé pour ce type de problème.

Deuxième étape de la construction.

Dans le même temps, nous en avons profité pour déplacer des toilettes qui étaient arrivées à saturation, ce qui explique cette longue et profonde nouvelle fosse destinée à recevoir les eaux usées du foyer.

Les dernières photos que nous venons de recevoir montrent le nouveau portail qui donne sur un passage piéton qui conduit à la voie publique. La petite cour qui existait autrefois a disparu puisque le terrain a été vendu.

Une partie du mur terminée.

Félicitation à cette entreprise de maçonnerie qui une fois encore a fait du bon travail en respectant les délais et le devis auquel elle s’était engagée.

F Pharamin

Annulation de la vente d’artisanat du 1er mai

Une fois encore, nous sommes contraint d’annuler la vente que nous avions prévue à la résidence Carnot. Elle devait débuter le 30 avril et se poursuivre le 1er mai.

Les responsables de la résidence nous ont fait savoir qu’en raison des mesures de confinement décidées par le gouvernement, ils n’étaient pas autorisés à nous recevoir.

Nous reviendrons vers vous très prochainement grâce à notre bulletin « spécial formation ». Dans la continuité du précédent nous vous expliquons toutes les formations professionnelles que nous avons mis en place pour aider les jeunes filles à s’insérer dans la vie active.

Plus que jamais nous avons besoin de votre soutien. François PHARAMIN

Les problèmes d’approvisionnement en eau résolus à Fianarantsoa?

Dans le bulletin du mois de Novembre 2019, nous vous faisions part des problèmes d’approvisionnement en eau potable des filles de Fianarantsoa. La situation nous avait paru préoccupante, c’est pourquoi nous avions proposé à une association de lycéens de nous aider à financer l’installation de réservoirs d’eau, qui aurait permis de récupérer les eaux de pluie. Des contacts avec les professeurs de l’école d’ingénieur de l’ENSIP de Poitiers nous avaient permis d’identifier le REPS ( réservoirs d’eau pein de sable) comme une solution pérenne à leur problèmes.

Entre temps, nous avons appris que des travaux d’adduction d’eau avaient débuté sur la commune, sans que nous sachions si le quartier dans lequel sont implantés nos deux foyers étaient concernés. Après intervention de Roger Ralaivoavy, nous apprenions que ces rumeurs se confirmaient et que nos foyers seraient alimentés par le nouveau réseau.

C’est une nouvelle qui va profondément modifier le rythme de vie des jeunes filles hébergées à Fianarantsoa. Libérées de cette corvée, elles vont pouvoir consacrer plus de temps à leur formation.

Les ventes d’artisanat en cette fin d’année

Pour financer les actions de notre association, deux ventes sont programmées en cette fin d’année.

La première aura lieu Vendredi 22 et Samedi 23 novembre 2019 de 9 heure à 18 heure à la congrégation des Soeurs Ursulines de Jésus. 144 Avenus de Paris à Niort.

La seconde aura lieu une semaine plus tard le vendredi 29 et Samedi 30 novembre de 9 heure à 18 heure au Domicile de Pierre et Nicole Boutaud. 3 route de l’Ecorcerie 86240 Ligugé.

Nous vous attendons nombreux

Rapport de la mission de Roger au mois d’aout 2019

                                                        Mission août 2019 AFFD.

  Cette année, notre président m’a confié une mission sur chacun de nos sites(Antsirabe et Fianarantsoa).

Un point sur la situation actuelle dans chacun de nos centres.

A Fianarantsoa, nous avons trente filles réparties sur les deux foyers(15+15) avec deux mamans responsables. Tandis qu’à Antsirabe, nous en avons vingt et une réparties aussi sur les deux foyers et deux mamans.

Elles suivent des cours de couture, coupe, broderie, français, mathématiques dans les deux centres. Après,les fianaroises postulent à « la Rizière »(hôtellerie) ou chez » Monsieur Marzio » pour la suite de leur formation, c’est pour cela qu’il n’y a pas  ou très peu de production de broderies à Fianarantsoa (que des apprenties).

  A Fianarantsoa, le recrutement des filles se fait en collaboration avec les présidents du « fokontany »(chefs de village) qui connaissent bien leurs administrés; tandis qu’à Antsirabe, sœur Marie Berthine collabore avec deux associations dont:

-Réseau »Sahaza »qui est composé de personnels de la commune d’Antsirabe ciblant les familles en détresse.

-Ecpat qui est une structure qui lutte contre la violence sexuelle.

En ce qui concerne les besoins matériels des centres:

Le centre d’Antsirabe a besoin de trois lits superposés neufs à 150000 ariary le lit, ainsi que de réparer quatre lits à une place (déjà en notre possession au foyer) dont coût s’élève à 100000 ariary. Avec l’accord de notre président, j’ai accepté leur demande. J’ai constaté aussi sur place, lors de mon passage, la défaillance de la serrure des deux portails(intérieur et extérieur du centre), et j’ai demandé à sœur Marie Berthine de changer tout de suite celle de l’extérieur. J’ai accordé aussi la demande de sœur Marie Berthine pour confectionner une couverture double pour chaque pensionnaire dont le coût est autour de 20000 ariary par couverture. Pour clôturer ma visite à Antsirabe, nous avons mangé ensemble à la demande de toute l’équipe(repas préparé sur place par nos filles) et avons passé un bon moment.

Je suis passé trois fois au centre de Fianarantsoa. A la demande du président, j’ai évalué le coût de leur alimentation. Je suis très surpris car nos pensionnaires ne mangent pas à leur faim. En conclusion, je demande au bureau de revoir à la hausse leur dotation- alimentation (nous pouvons en discuter avec chiffre à l’appui).

Dépistage du diabète

Comme tous les ans, en collaboration avec l’association AMADIA(ASSOCIATION des MAlades DIAbétiques), nous organisons un dépistage de masse du diabète dans la ville de Fianarantsoa. Nos filles ainsi que le personnel ont bénéficié de ce dépistage gratuit, et nous n’avons aucune diabétique au centre, mais li y en a deux à surveiller.

Ralaivoavy Roger.

Cinq machines à coudre toutes neuves.

C’est du côté de Toulon que nous vient cette belle initiative. Notre chère Ady, adhérente de longue date à l’association, dinait avec Michel Nguyen et son épouse. Ce dentiste de la région Varoise avait manifesté l’ intention de soutenir notre association par un don en nature. L’activité principale des filles AFFD étant la couture, il décidait d’acheter deux machines à coudre. Au cours d’un diner monsieur Antonioti, dirigeant du magasin Polyplan à Toulon et adhérent de l’association « CARITAS et SPE » sensible à la cause de notre association décidait de s’associer à ce don en ajoutant trois machines supplémentaires. Un grand merci au nom des filles AFFD.


Bilan du concert

Hier soir a eu lieu le concert du l’orchestre du CEP à la maison des étudiants au profit de notre association.

Le prix des places était de 12 € et le public avait la possibilité de prendre une collation à l’entracte.

Les chiffres:

Recettes

68 entrées payantes à 12€ = 816€

Consommations buvette: 450€

Vente artisanat malgache: 40€

Total recette : 1306€

Dépenses:

Salle de spectacle: Gratuit

Prestation orchestre : gratuit

Agents de sécurité: 250€

Consommables buvette: 170€

Impression 1300 tracts, 100 affiches, 300 billets: 100€

Total dépenses: 520€

Bénéfice: 786€

Une équipe de 13 bénévoles parmi nos amis s’est rendue disponible entre 17h00 et 22h00 pour mener à bien cet évènement:

Durant 1h30 l’orchestre du CEP composé de 32 musiciens nous a permis de revisiter les bandes musicales des films cultes de notre jeunesse .

Bilan

Malgré notre déception de na pas avoir rempli cette salle de 260 places, cette aventure en terrain inconnu de fut pas un échec. Les spectateurs présents ont passé une bonne soirée. L’entracte fut l’occasion d’échanger autour des assiettes de toasts que nous avions préparées. Le musiciens se sont  mélangés aux spectateurs et l’ambiance fût bon enfant. La recette a couvert les frais que nous avions engagés.

Du point de vue de la communication , les quelques encarts dans la presse régionale, les douze minutes de direct sur radio Pulsar, l’annonce du concert sur le site de l’université, les 100 affiches collées dans Poitiers et les 1300 tracts distribués sur les marchés auront contribué à mieux faire connaitre notre association AFFD sur la place de Poitiers.

Du point de vue de la convivialité enfin, une équipe de bénévoles s’est constituée autour de cet événement. Même si leur engagement reste ponctuel, nous savons désormais ce que nous pouvons attendre d’eux.

Remerciements

Merci aux musiciens du CEP d’avoir accepter de jouer pour nous.

Merci à l’université de Poitiers d’avoir mis cette belle  installation à notre disposition. et plus particulièrement à Romain Quesnel pour sa disponibilité et sa bienveillance à l’égard de notre amateurisme. ( on fera mieux la prochaine fois)

Merci au CROUS pour son soutien logistique.

Merci à Radio Pulsar de nous avoir consacré son « douze minutes »

Merci à tous ceux qui se sont déplacés .

François Pharamin

 

 

Rapport de mission Nicole Boutaud (Octobre 2017)

Nous ne saurions commencer ce rapport sans rappeler le contexte particulier qui entourait ce voyage. A cette période une épidémie de peste sévissait à Madagascar. Qu’ à cela ne tienne, ce n’est pas ça qui arrête Pierre Boutaud. Et de toute façon, quelle plus belle preuve d’engagement que de finir ses jours sur le sol malgache, au milieu de ses protégées. Donc ils y sont allés et ils en sont revenus . Chapeau!

Le rapport de Nicole

Arrivés à Antananarivo le 17 octobre, Nicole et Pierre et Bruno retrouvent Richard et Isabelle qui sont arrivés une semaine plus tôt. Quelques emplettes, visite chez les soeurs des ursulines de Jésus où ils retrouvent Sr Fégrine, et les voilà partis  sur Antsirabe.

Là quelques surprises les attendent »La moyenne d’âge des filles atteint 19 ans, nous avions des enfants, maintenant ce sont des femmes, les besoins ne sont pas les mêmes , il faut leur trouver du travail. Les entreprises embauchent des couturières pas des brodeuses. La soeur les envoie faire la queue à l’usine lorsqu’il y a embauche, mais à ce jour aucune n’a été prise! Aux EDS nous avions résolu le problème par la présentation de nos filles par une assistante sociale ou maman faisant fonction. Nous avons été étonnés de  constater qu’une maman de foyer ne parlait pas français. Pour l’ensemble des foyers d’Antsirabe on note une dégradation de l’environnement. De nombreux petits travaux ne sont pas faits. Le terrain de sport n’est plus utilisable alors que les filles réclament des activités physiques »

Fianarantsoa :  Nos trois visiteurs retrouvent Jocelyne qui est inquiète pour l’état de santé de sa fille. Toujours de bonne humeur, le centre parait bien tenu.

Rencontre de Rojosoa Rivoherinala l’avocate qui assure la fonction d’économe . « Très bonne impression. Nous avons pensé à elle pour prendre contact avec les DRH des usines ».

Jocelyne leur présente Judith une ancienne AFFD  qui vient de perdre son boulot. Avec trois enfants à charge Bruno Verley craint un retour à la prostitution. « C’est décidé je prends en charge la reconversion de Judith. »

Mardi 31 octobre : retour vers Paris

Adieu  Madagascar!

 

 

Au revoir Sr Fégrine

Nous avons grand peine à voir Sr Fégrine quitter (nos filles) c’est ainsi que nous appelons toutes celles qui ont vécu ces dernières années auprès d’elle. Nous avons pu constater toute l’affection que Fégrine avait pu leur donner, affection que ces dernières lui rendaient pleinement.

Tous les responsables d’AFFD tiennent à lui dire combien nous avons pu apprécier ses grandes qualités professionnelles et de coeur. Soeur Fégrine restera toujours présente dans nos coeurs et nous demandons que Dieu qui lui accorde sa bénédiction et sa protection.

Bon courage soeur Fégrine   Pierre Nicole Boutaud